Participation de l’Autorité de Protection des Données à caractère Personnel à la 15ème édition de la fête de l’Internet.

Dans le cadre des festivités de la célébration de la fête de l’Internet, organisée par l’Association Malienne pour l’Initiation et la Sensibilisation aux Technologies de l’Information et de la Communication (AMISTIC), l’Autorité de Protection des Données à caractère Personnel a, le lundi 17 mai 2021, pris part dans la salle de spectacle de l’Institut Français du Mali, à un panel ayant pour thème : Sommes-nous vraiment vivants ou seulement vulnérables sur la toile ?Prenant la parole, le représentant de l’APDP, Monsieur Mahamadou Aly HAIDARA, chef de la Division des Affaires Juridiques a rappelé que l’Internet est aujourd’hui devenu un extraordinaire espace de liberté, un instrument « stupéfiant et inattendu d’enrichissement culturel, humain et économique » qui a permis, « la diffusion de la connaissance, la liberté d’expression et la connaissance de la culture, grâce à ses multiples facilités d’accès ». Ainsi, comme le dit Monsieur Alex TURK, ancien Président de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) France dans son livre intitulé : la vie privée en péril, des citoyens sous contrôle ; édition Odile Jacob : « nier l’extraordinaire contribution d’internet serait faire preuve d’obscurantisme ».

En effet, grâce à ce magnifique instrument, des centaines de millions de personnes accèdent depuis chez elles, sans effort, à des idées, des images, des livres, des musiques, des informations, des marchandises, des divertissements, produits par leurs semblables aux quatre coins du globe. Tout simplement pour dire que l’internet est sans aucun doute, source de connaissance, « une mine de savoir ».

Cependant, le paneliste de l’Autorité a souligné que comme une médaille, l’internet a aussi son revers. Malgré ses multiples facettes, la toile est aussi un lieu ‘’d’influence, voire de manipulation d’opinion publique, d’usurpation d’identité, de la cyberattaque, de la perte de maitrise de ses données, tous ceux-ci ajoutés à ‘’la colonisation des algorithmes’’, d’où la question : « Sommes-nous vraiment vivants ou seulement vulnérables sur la toile ? ».

En réponse à cette question, le chef de la Division des Affaires Juridiques de l’APDP a informé l’assistance que sans recourir à des mesures rétrécissant les libertés individuelles ou publiques, l’Etat du Mali a adopté un arsenal juridique qui accorde une place de choix à l’individu à travers la protection de sa vie privée et de ses données à caractère personnel (loi n°2013-015 du 21 mai 2013 modifiée, portant protection des données à caractère personnel, loi n° 2016-012/ du 6 mai 2016 relative aux transactions, échanges et services électroniques au Mali, loi n°2019-056 du 05 décembre 2019 portant répression de la cybercriminalité).

Aussi, a-t-il ajouté que, les autorités de contrôle notamment l’APDP, la justice doivent toutes exercer leurs pouvoirs de manière effective pour que les personnes concernées puissent mieux exercer leurs droits et ester en justice, le cas échéant.

Avant de terminer, Monsieur HAIDARA a rappelé qu’avec le développement des blogs et l’émergence des réseaux sociaux tels que Facebook, Whatsapp etc., la vie privée des individus est sérieusement mise à mal et surtout celle des jeunes générations qui n’ont pas suffisamment conscience qu’en exposant leur vie privée sur Internet, ils renoncent à une part de plus en plus importante de leur vie privée, et de ce fait, elles risquent de porter atteinte, de manière irréversible, à leur espace intime et aux droits fondamentaux.

Updated: 19 mai 2021 — 21 h 02 min

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

APDP © 2016 site réalisé par agetic         | Mentions légales Frontier Theme